36f7bb8f8e5d3bca16c3e290bb8628b9f32c00fb
3c6b164888c4293766c301a03d2bdcedbf13ea91
3df967f0980244877064cc71a56663afa6826b73
Ae34010c518ccd0703fd9931512e7a1beb7781c0
9e236d66f46f6e4cfe7f244e4578f2453774e923
A4d541db6ebd4cc1dc37b4c1cac07230a4250040
Fermer
danse

Moi, ma chambre, ma rue

Dbf024eff7effe680763b857dc7b1a8a85e4ddfd
Le point de départ est la chambre bamakoise du danseur Tidiani N’Diaye : un désordre où s’entassent les traces de la vie depuis sa plus tendre enfance.

Le sol est recouvert de sacs plastiques de toutes les couleurs : du bleu, du rouge, du jaune, du vert où surgit le danseur Tidiani N’Diaye. En créant des vagues et des tourbillons avec ces sacs, Tidiani évoque les souvenirs de sa chambre d’enfance à Bamako. Dans sa chambre, chaque objet à son importance et son histoire. En plus de refléter le dérèglement physique, cette accumulation est l’image intérieur du danseur. Les bruits et les sensations de dehors viennent compléter ce tableau, créant une atmosphère familière et chaotique. À l’extérieur, la rue de Bamako est le miroir de ce désordre qui questionne. Pourquoi cet état de chaos ? Quel malaise reflète-t-il ? Comment a-t-elle réussi à s’y développer et donner du sens ?

Publié le 31/05/2024 Auteur : Cléo Verin

Le 18 juin à 20H. Espace Glenmor, Carhaix-Plouguer. Tarifs : 7 à 12€. www.glenmor.bzh. Tél : 02 98 99 37 50

 

© dorothee-thebert


Mots clés :