E65ef20440bfaa35e286d12c686ccfbb23301901
7116e85ae6a398149b1288b913ed1d4fa9c2677e
F96dacbfdaf3d0fa9d6e7229734c7200dd0520fe
8bac1bbc04a5eab7c176447bd8b0388d133a6f7f
Fermer
cinéma

Des gens qui s'embrassent

6f89e0996241036c6f4769cff4b1c87d0be81624

Zef est musicien et réputé. Il est aussi très religieux, un peu austère et tout le contraire de Roni, son frère, bon-vivant, dépensier et bijoutier plutôt riche. Leurs deux filles s'adorent et quand la femme de Zef meurt au moment du mariage du Melita, la fille de Roni, ce dernier est obligé d'accueillir son frère. Dans le train qui la conduit à l'enterrement de sa mère, Noga croise un homme dont elle tombe aussitôt amoureuse, ignorante alors qu'il est le futur époux de sa sœur. Frères et cousines vont dès lors jouer un jeu de cache-cache sentimental dans l'ombre d'Aron, grand-père dont la mémoire flanche mais dont la fantaisie demeure intacte.

Dans le sillage d'une filmographie pour le moins chorale, Danièle Thompson évoque donc les divergences familiales et la difficulté à vivre avec et auprès des gens du même sang. Postulat plutôt convenu donc, passé à la moulinette d'un traitement inégal et maladroit qui tente de mêler le sentimental, l'humour et le sérieux finit par s'empêtrer dans une succession d'épisodes inégaux, mal agencés et assez ennuyeux. Du casting pléthorique qui compose cette mosaïque familiale, seul Ivry Gitlis, en papi fantasque tire quelque peu son épingle d'un jeu bien confus.

Publié le 10/04/2013 Auteur : Guillaume B.


Mots clés : cinéma