E65ef20440bfaa35e286d12c686ccfbb23301901
7116e85ae6a398149b1288b913ed1d4fa9c2677e
165146f41b3c40d32d8fc5dba1bbaf3d1b92229c
083c5943e08702a99f6a52727dbf59b1a1bd9b0f
Fermer
conférence

La sculpture, l'un et le multiple

La sculpture, l'un et le multiple (2022)
Cours en région de l’École du Louvre. Art du multiple par excellence, la sculpture interroge la relation de l’œuvre dite "originale" à une forme d’authenticité qui a été lue pendant longtemps à travers le seul prisme de l’unicité.

Ce rapport étroit au multiple, qui s’explique en partie par des considérations techniques, existe depuis l’Antiquité à travers les copies romaines d’originaux grecs. Il va traverser les siècles et engendrer un regard chaque fois renouvelé sur la sculpture, sur son statut, ses usages et sa valeur intrinsèque. Porté par l’amour de l’antique et le prestige que sa possession engendre, le double devient signe d’ostentation de la Renaissance au XVIIIe siècle. Avec le néo-classicisme, la sculpture antique, qui incarne la valeur normative du Beau, essaime à des fins didactiques, à travers notamment les moulages en plâtre. Ceux-ci sont largement diffusés dans les musées, écoles et ateliers d’artistes. Au XIXe siècle, l’industrie triomphante va inventer des procédés de duplication à l’infini qui vont permettre aux classes bourgeoises d’entrer en possession de réductions en bronze des chefs d’œuvre de la sculpture, jusque-là réservés à l’élite. Cet élan sera toutefois contrarié à l’orée du XXe siècle par un retour vers des formes d’art plus « artisanales » où la main (re)devient une valeur recherchée. Taille directe et fonte à la cire perdue seront alors privilégiées. Les théoriciens et législateurs n’auront de cesse d’interroger le statut des bronzes jusqu’à définir juridiquement leur « originalité », laquelle sera désormais garante de leur authenticité. Simultanément, dans ces années d’Après-Guerre, certains artistes vont utiliser à dessein le multiple pour questionner le concept même de l’art dans une société qui oscille entre production de masse et culte de l’unique. Ce débat ne cesse d’animer encore aujourd’hui le monde de l’art contemporain…

 

Mars
Mercredi 8 mars 2023, 18h30
Pour l'Amour de l'Antique (1/2) : la copie, oeuvre de prestige et d'ostentation de l'Antiquité au XVIIIe siècle.
Florence Rionnet,
Docteure en histoire de l'art moderne et contemporain , Directrice adjointe , Musée des Beaux-Arts de Quimper.
Mercredi 15 mars 2023, 18h30
Pour l'Amour de l'Antique (2/2) : le moulage en plâtre, outil de savoir et d'édification de la fin du XVIIIe siècle à 1968.
Florence Rionnet,
Docteure en histoire de l'art moderne et contemporain , Directrice adjointe , Musée des Beaux-Arts de Quimper.
Mercredi 22 mars 2023, 18h30
La sculpture multiple à l'ère industrielle : le cas des bronzes d'édition au XIXe siècle.
Florence Rionnet,
Docteure en histoire de l'art moderne et contemporain , Directrice adjointe , Musée des Beaux-Arts de Quimper.
Mercredi 29 mars 2023, 18h30
Vers une originalité revendiquée : la redécouverte de la taille directe et de la fonte à la cire perdue, la codification juridique de l'original au XXe siècle.
Florence Rionnet,
Docteure en histoire de l'art moderne et contemporain , Directrice adjointe , Musée des Beaux-Arts de Quimper.
Avril
Mercredi 5 avril 2023, 18h30
Le multiple, un nouveau concept dans l'art moderne et contemporain.
Florence Rionnet,
Docteure en histoire de l'art moderne et contemporain , Directrice adjointe , Musée des Beaux-Arts de Quimper.

 

Publié le 28/07/2022


Mots clés :