81469b5bd21757adb41c9aa0eb81e5325883a5af
0e0103d6c8bfcb4cfd0dea5de436896cb9b733c6
Fermer
cinéma

Qu'un sang impur

057e4f4c9d8bf71419d9bb06683ac5726c68674d
1960. Ancien d'Indochine, le colonel Breitner est sollicitié pour une dernière mission en Algérie : aller chercher le colonel Delignières, son ancien officier, qui semble avoir disparu. Hanté par son passé et par la guerre, Breitner par pour les Aurès Nemencha territoire disputé à l'armée française par les indépendantistes.

Jusque-là scénariste, Abdel Raouf Dafri passe là derrière la caméra à la faveur d'une histoire qui multiplie les angles sur fond de guerre d'Algérie et de conflits de loyautés. Indéniablement, l'écriture fouillée dessine des personnages contrastées aux motivations diverses qui échappent à une monolithisme froid. A travers eux, le jeune réalisateur ne choisit pas de camp, dépeignant avec une égale froideur les exactions de chaque camp en regard de leurs motivations. Rapidement, c'est le tableau général qui prend le pas sur les destins singuliers dont le film semble progressivement se détacher. Si l'écriture et les dialogues fournissent une belle matière première à un casting plutôt investi, la mise en scène n'est pas toujours à la hauteur de cet ambitieux tableau pourtant plutôt joliment articulé. Devant la caméra, une belle diversité d'acteurs s'emparent des mots de Dafri pour dessiner en creux un portrait d'une France contrastée, complexe et multiple. C'est là la plus grande réussite d'un premier film qui ne choisit pas de camp mais préfère faire sienne la diversité des destins qu'il donne à voir.

Publié le 22/01/2020 Auteur : Guillaume B.

Sans trop tomber dans le raccourci facile, Dafri réalise un film tout en nuances sur la France de 1960 et la guerre d'Algérie. Un premier film qui manque d'ambition dans sa réalisation mais un cinéaste à suivre.

Film français d'Abdel Raouf Dafri avec Johan Heldenbergh, Linh-Dan Pham, Lyna Khoudri, Steve Tientchu, Olivier Gourmet. Durée : 1h49.