36f7bb8f8e5d3bca16c3e290bb8628b9f32c00fb
3c6b164888c4293766c301a03d2bdcedbf13ea91
3df967f0980244877064cc71a56663afa6826b73
Ae34010c518ccd0703fd9931512e7a1beb7781c0
9e236d66f46f6e4cfe7f244e4578f2453774e923
A4d541db6ebd4cc1dc37b4c1cac07230a4250040
Fermer
cinéma

Mon âme par toi guérie

Efa166d39f210f84d6340a77a17517eaf3beb83b

Fred vient de perdre sa mère. Presque comme chaque jour, il rend visite à son père. Et comme à chaque fois, ce dernier évoque ce que lui a transmis sa mère. Un don pour la guérison dont Fred ne veut pas entendre parler, lui qui élague les arbres à longueur de journée. Mais voilà, perdu dans une solitude devenue pesante, ce dernier finit par accepter son don, trouvant peu à peu une paix à laquelle il ne croyait plus guère. Il croise alors Nina, perdue elle aussi et à laquelle il se sent lié.

Mon âme par toi guérie, c'est d'abord un livre (Chacun pour soi, Dieu s'en fout) écrit par François Dupeyron lui-même, et un parcours du combattant auquel il a fallu prendre part pour parvenir à trouver des partenaires pour produire le film. Pour cause, le récit est loin des cadres habituels et balisés d'une narration fainéante. Dupeyron dessine en creux des personnages en recherche, taiseux et mûs autant par leur raison que par leur instinct. A leur image, Grégory Gadebois donne une présence forte à son personnage, transcrivant presque sans mots un malaise et une difficulté d'être ouvrant la porte à un récit sensible. François Dupeyron prend un malin plaisir à jouer avec la lumière qui entoure ses personnages. Pour autant, tout subtil qu'il soit, Mon âme par toi guérie, à trop vouloir prendre du temps pour faire naitre des sensations et une ambiance, traîne parfois en chemin. Un travers difficilement condamnable en tant que tel mais qui tend à devenir gênant à mesure que le parcours des personnages finit par s'imbriquer. Derrière un casting d'acteurs discrets mais parfaitement dans le ton, Dupeyron convie à un film introspectif, fort mais qui demande beaucoup à son spectateur. Un expérience, assurément.

Publié le 25/09/2013 Auteur : Guillaume B.


Mots clés : cinéma