36f7bb8f8e5d3bca16c3e290bb8628b9f32c00fb
3c6b164888c4293766c301a03d2bdcedbf13ea91
3df967f0980244877064cc71a56663afa6826b73
Ae34010c518ccd0703fd9931512e7a1beb7781c0
9e236d66f46f6e4cfe7f244e4578f2453774e923
A4d541db6ebd4cc1dc37b4c1cac07230a4250040
Fermer
cinéma

Le marquis

30e9484b5ae3ad2d41a7a5625d4c40e4499b3c70

Représentant en systêmes d'alarme, Thomas Gardesse aterrit en prison pour un délit mineur. Sur place, il gagne le respect de ses co-détenus en se faisant passer pour le Marquis, braqueur de génie dnt personne ne connaît le visage. Lorsqu'on le fait évader à quelques jours de sa sortie, c'est parce qu'une bande de truands a besoin de ses talents pour un casse audacieux à Manille. Et voilà l'énergumène embarqué dans une aventure pour le moins compliquée...

Une bonne idée ne suffit pas à faire un bon film et dans le registre, Le Marquis ne déroge pas à la règle. Autour d'un scénario rempli de facilités, d'un casting maladroit et d'une réalisation complaisante, il n'y a guère de quoi se réjouir dans le nouveau film de Dominique Farrugia. Rapidement, les pistes intéressantes du scénario disparaissent au profit quasi exclusif de la relation prétendument drôle entre le supposé marquis et ses ravisseurs. Si Franck Dubosc donne l'impression de faire ce qu'il peut pour provoquer le rire chez le spectateur, Richard Berry en revanche paraît s'ennuyer avec une rare fermeté, enfermé dans un jeu monolithique très avare en joyeux éclats. Du coup, tous mènent le film à son terme sans vraiment y croire. Le spectateur n'est pas dupe et la pochade annoncée tourne à la Berezina cinématographique, filmée, jouée et scénarisée sans guèrede conviction.

Publié le 08/03/2011 Auteur : Guillaume B.


Mots clés : cinéma