8ad1b411589b5f00a4845a124941e2668d1c901b
557c579b23c9a4461907b88d0a34732e3f138884
F6091d86c6a0b00c4f3346b02efaa1ae6cf106f2
C30b5ada9f254931dbbcc24f3eb696d9890e1429
Fermer
cinéma

La Bonne épouse

E85e68d7da8fe7d35446eef9131be6f0ff733e5a
En cette automne 67, Paulette et son mari gèrent depuis de longues années une école ménagère, transmettant année après année les devoirs et les responsabilités d'une parfait épouse, du devoir conjugal aux multiples tâches ménagères. Quand son mari meurt soudainement, qu'elle se découvre criblée de dettes et retrouve son amour de jeunesse, l'univers si cadré de Paulette vole en éclats. Et Paulette se redécouvre une liberté inattendue et libératrice.

C'est avec force couleurs et humour que Martin Provost choisit de raconter cette histoire de libération. Conformément à ses souvenirs, loin d'en faire un pensum triste, ce cheminement vers une émancipation féminine inattendue prend une allure de farce joyeuse et colorée moquant gentiment les travers d'une époque sans tomber dans une acrimonie revendicatrice et hargneuse. Pour autant, le film n'élude jamais le sérieux et la profondeur (au travers notamment des jeunes pensionnaires) en cherchant à mêler à la fable joyeuse des accents d'un réalisme social. Le mélange ne prend cependant pas toujours bien, la construction paraît parfois forcée comme les évolutions de Paulette. L'enthousiasme collectif et la réalisation festive de Martin Provost en font cependant un récit maladroit mais solaire.

Publié le 11/03/2020 Auteur : Guillaume B.

Chronique joyeuse d'une émancipation contagieuse et irrésistible, La bonne épouse, moins qu'une reconstitution soignée, constitue une fable libératrice. L'ensemble peine cependant à trouver une homogénéité et une cohésion durables.

 

Film de Martin Provost avec Juliette Binoche, Yolande Moreau, Noémie Lvovsky, Edouard Baer, François Berléand. Durée : 1h49.