cinéma

Deux moi

Af476a2063c520c4faf62f09d9d14cbf4b5f3ed7
Remy travaille dans un entrepôt. Quand presque tout le monde est licencié, il fait partie des miraculés promus sur une plate-forme d'appels. Mélanie faite de la recherche et doit présenter les résultats de son équipe aux financeurs. Tous deux trimballent une solitude plus subie que choisie dont ils ne parviennent à se dépêtrer. Les nouvelles technologies et leurs promesses, loin de leur permettre des recnontres fructueuses ne créent que malaises et incompréhensions.

Après Ce qui nous lie, Klapisch retrouve François Civil et Ana Girardot pour un double portrait sur fond de Paris contemporain. D'allées de métro en passerelles, de rues en quais, sa caméra dessine autant le portrait d'une ville que de ses deux habitants perdu dans une vie qui les laisse seuls, loin de leurs familles dans une grande ville et des réseaux sociaux qui les séparent plus de leurs congénères qu'ils ne les en rapprochnte, Rémy et Mélanie se débattent avec leurs fêlures, leurs douleurs et leurs envies. Klapisch les suit du boulot à leur cocon, capte avec humanité leurs faiblesses (parfois trop dans des scènes à rallonge avec les inévitables psy) et leur quête des autres et de l'amour. Parfaits dans leurs rôles respectifs, les deux comédiens forment – avec tous les riches seconds rôles – le cœur du film. Plus que leur parcours finalement très attendu et assez banal, c'est la belle façon que chacun a d'habiter les fragilités des personnages qui forment l'intérêt du film. Dernier personnage, la ville qui abrite le duo y est montrée avec une tendresse presque nostalgique, de clins d'oeil en plans larges.

 

Publié le 12/09/2019 Auteur : Guillaume B.

Chronique de l'ultra solitude contemporaine et paradoxale à l'heure des outils de communication omniprésents, Deux moi déroule une histoire malheureusement trop convenue pour faire davantage qu'enfoncer des portes ouvertes. Même des portes bien filmées. Et même malgré les efforts du duo de jeunes comédiens.


Mots clés : romance comedie drame