E65ef20440bfaa35e286d12c686ccfbb23301901
7116e85ae6a398149b1288b913ed1d4fa9c2677e
165146f41b3c40d32d8fc5dba1bbaf3d1b92229c
083c5943e08702a99f6a52727dbf59b1a1bd9b0f
Fermer
conférence

Vivre et travailler à bord des vaisseaux de la seconde Compagnie des Indes (1719-1769) Jusqu’au bout des limites physiques.

Par Philippe Bodénès - Docteur en Histoire Moderne. À bord des vaisseaux de la seconde Compagnie des Indes, la force naturelle de l’homme est la seule source d’énergie en dehors des vents, de la houle et des courants. Les manœuvres sont incessantes et nécessitent des efforts incroyables sur le pont et dans la mâture.

La vie des matelots de la seconde Compagnie des Indes reste inconnue à bien des égards. Ne sachant pas écrire ils n’ont pas rédigé de mémoires. Les journaux de bord des capitaines et des pilotes permettent cependant d’imaginer les douloureuses manœuvres des ancres et du cabestan, des changements d’amures, du travail dans le gros temps…
Le capitaine Bourdé de la Villehuet écrit en 1773 que le matelot est une personne « … a qui il ne faut faire ni tort, ni grâce, qu’il faut bien nourrir et faire bien travailler, avoir soin de lui quand il est malade et lui donner des soins. »
C’est à ce prix que les marchandises des Indes arrivent à bon port à Lorient.
Encore faut-il que ces hommes soient en pleine possession de leur moyen car la forme physique des équipages est un gage de qualité et de sécurité pour la réussite du voyage.

Publié le 28/07/2022


Mots clés :