803294e3cb2985b1e1659b62d3e12ad1333f7f81
91b39acaf4643d5d114e8c8eefdd73ec8a9ae333
1f4c2c3a661194ff7c726e1616542d5b9d3c1794
E94c91c2e37c986cd677cd2a7d05c9d29d3b8f4d
3b17b722cdf45c32dcf51c8a47a50aad1f5dc5de
D6218374c3b72f8b3b461f18809f86673baf6d3d
Fermer
théâtre

Genesis - Hakim Bouacha

Genesis -  Hakim Bouacha (2022)
Ce soir, il a envie de nous parler d’amour. D’amour qu’on juge, qu’on censure. Il a envie de nous parler de combat, de sexualité, de genre, d’inégalité, de honte, d’exclusion, de norme, de lui… Parce qu’il en a assez de la norme ! Parce qu’au Moyen-Orient, au Maghreb, en Europe, des homosexuels sont agressés physiquement ou psychologiquement.

Parce qu’il aurait pu faire partie de ces personnes si ses grands-parents n’avaient pas choisi de quitter la Kabylie fin des années 50. Il s’est toujours demandé comment des gens comme lui pouvaient vivre dans des états répressifs. Vivre ? Alors, il a voyagé au Maroc, en Tunisie où il a récolté des témoignages. En contrepartie, il se devait d’être honnête envers lui-même, envers ces personnes qui lui avaient livré leur chemin de vie, leur combat. Il devait en faire autant. Il s’est promis d’écrire. D’écrire jusqu’au bout. Sur son enfance, sur son rapport aux hommes. Il ne souhaite pas rendre des coups, juste rendre des comptes. Il s’appelle Hakim Bouacha et vient de Roubaix. Il n’a jamais rêvé de présenter une partie de sa vie sur scène. C’est venu malgré lui, comme une évidence. Parce qu’il aimerait juste parler d’amour. Juste d’amour.

Publié le 25/07/2022


Mots clés :