C690c6148ba05d54cc2e90c67fe471a21a33bd69
A57d3eb2d5a257cf2f1b899d52407799bf16648b
070d1c6b2af41bb24cb779a99c6b44cf20b2a8b3
005beb2fe5c5dc0a37f151fb815aab480a6b1bf3
Bf15900c624d69a7c3f7e5f8923f8e3250534ba4
43d59087fd640ce57600abcda8a907e0d14d34ee
Fermer
théâtre

Fonatïn, la fontaine qui chante

Fonatïn, la fontaine qui chante (2022)
Veillée avec Géraldine Longueville. Géraldine Longueville raconte une histoire non linéaire des plantes et de son territoire. Des plantes dites envahissantes, dites vagabondes, dites utiles, dites rares. Les sources d’eau, nombreuses sur le site de l'Abbaye de Daoulas, sa potabilité, sa pollution possible.

L’histoire médiévale, l’histoire coloniale et raciale, la place des savoirs oraux, oubliés, féministes. Les croyances celtes et chrétiennes, à travers la statuaire présente sur le site.

Dans le cadre du Festival SOŇJ organisé par l'Atelier culturel de Landerneau, l'artiste performeuse Géraldine Longueville est l'invitée de l'Abbaye de Daoulas. Au programme, deux veillées festives durant lesquelles l'artiste et ses invités s'emparent de l'histoire des plantes et du territoire.

Des veillées situées et situant quatre lieux - la fontaine et ses alentours l’oratoire, le lavoir et la buanderie - et qui dessine un parcours. Des lieux aux usages différents, traversés par la parole, le soin, les gestes quotidiens, les savoirs oraux, l’eau, la source, le commun, le collectif. Ces veillées qui font suite à des cueillettes qui se sont déroulées à l'automne dernier, sont une manifestation de l’oralité, de l’adresse et de la boisson. À travers ces outils, Géraldine Longueville raconte une histoire non linéaire des plantes et de son territoire.

Publié le 04/03/2022


Mots clés :