8ad1b411589b5f00a4845a124941e2668d1c901b
557c579b23c9a4461907b88d0a34732e3f138884
F6091d86c6a0b00c4f3346b02efaa1ae6cf106f2
C30b5ada9f254931dbbcc24f3eb696d9890e1429
Fermer
concerts

Ben Mazué : Paradis tour

Réserver
Ben Mazué : Paradis tour (2021)
Il est des albums qu'on écoute comme on prend des nouvelles d'un ami. Celui de Ben Mazué est de ceux-là. Bien entendu, il sait que rien de ce qu'il ne nous dira n'aura de sens s'il ne commence pas par le grand changement qui a bouleversé sa vie. C'est fini.


Le nouvelle nous secoue, nous prend par surprise et pourtant c'est la principale force de Ben : toujours, il nous parle de lui et ça nous parle de nous. Alors on l'écoute. On est triste, on s'écrie "On merde ! Ca va ?" C'est tantôt teinté d'espoir, tantôt de mélancolie. Il nous rassure. Oui, c'est la moitié de sa vie qui disparait. C'est fini, mais ça va aller.
Il a beaucoup marché, il fallait qu'il fredonne ses émotions, que les mélodie lui viennent comme elles viennent naturellement à un enfant qui se promène. Tout ça, c'est une renaissance.
Ce qu'il ne nous dit pas par pudeur, les cordes et les cuivres s'en chargent.
Il parle d'elle, encore. Beaucoup. C'est fini. Mais il écrit. Les malheurs, on en fait des chansons. Les leçons aussi. Il comprend que tout le monde a le droit d'être aimé pour ce qu'il est. Ce qu'on est, il faut trouver des gens que ça sublime. Il sourit.
Et enfin, il nous répond. Il fallait tous ces mots précis, parfois chuchotés, ces pianos bleus, ces arrangements d'une intelligence émotionnelle rare, ces cordes et ces cuivres montés en larmes, il fallait tout ça pour entendre ce qu'il nous dit quand il nous répond "ça va".
 

Publié le 14/09/2021