803294e3cb2985b1e1659b62d3e12ad1333f7f81
91b39acaf4643d5d114e8c8eefdd73ec8a9ae333
1f4c2c3a661194ff7c726e1616542d5b9d3c1794
E94c91c2e37c986cd677cd2a7d05c9d29d3b8f4d
3b17b722cdf45c32dcf51c8a47a50aad1f5dc5de
D6218374c3b72f8b3b461f18809f86673baf6d3d
Fermer
concerts

Warmduscher + Death Valley Girls

8c254f181d7d1abbfc8eefb643d66bee8f271dc4
Avec le superband londonien Warmduscher et les pétroleuses californiennes de Death Valley Girls, l’Aéronef propose l’un des meilleurs plateaux rock’n’roll du moment.

Au menu les beaux ingrédients de Warmduscher. Des renégats de Fat White Family, Paranoid London et Insecure Men s’associent pour extraire le meilleur du pire. A l’instar du Birthday Party du jeune Nick Cave, on y retrouve cette lecture outrancière mais érudite d’un rock bizarre. Un cabaret sauvage où se mêlent garage-rock urgent, kraut recuit, expérimentations expéditives pour un aller sans retour vers les flammes des ténèbres. Leur premier album Whale City est le teaser parfait à une tournée que l’on prédit furieuse. Au-delà des emprunts, Warmduscher fait sauter la banque en réintroduisant un peu de sauvagerie en bourse. Sans aucune complaisance avec une quelconque brutalité, Warmduscher flirte à pleines bouffées avec le vice. La décadence ainsi ragaillardie, il ne nous reste qu’à nous délecter de cette rafale de balles traçantes.

Pour cette soirée placée sous le signe de la découverte, il ne faudra surtout pas négliger la première partie en première classe des Death Valley Girls. Ici encore, on retrouve le garage-rock dans l’œil du cyclone. Mais la grande réussite de ces Death Valley Girls c’est cette capacité à injecter du boogie dans le compresseur. Ozzy Osbourne est pris dans les phares de cette Muscle car drivée par des héroïnes dignes des meilleurs Revenge movies de l’histoire bis du rock. Décidées à faire le poids et le coup de poing au pays des machos, nos Death Valley Girls parées au heavy psyché ne s’interdisent absolument pas l’humour. Ne se réclamant pas ouvertement du mouvement Riot grrrl, ces Californiennes maîtrisent parfaitement les codes d’un rock sans pour autant transposer le genre en jupons. Du rock de filles mais qui ne cherche pas à séduire le mâle alpha, ou bêta.

 

 

Publié le 19/02/2019 Auteur : Bertrand Lanciaux

Dimanche 24 février, 18h30, 5-15€
168 Avenue Willy Brandt, Euralille
www.aeronef.fr

 


Mots clés : rock garage heavy