803294e3cb2985b1e1659b62d3e12ad1333f7f81
91b39acaf4643d5d114e8c8eefdd73ec8a9ae333
1f4c2c3a661194ff7c726e1616542d5b9d3c1794
E94c91c2e37c986cd677cd2a7d05c9d29d3b8f4d
3b17b722cdf45c32dcf51c8a47a50aad1f5dc5de
D6218374c3b72f8b3b461f18809f86673baf6d3d
Fermer
cinéma

Un château en Italie

6f530d696e76214d62e65cb4ec736fb2367bfdb7

Louise, Ludovic et leur mère possèdent un château en Italie. Héritage laissé par le père de famille qu'il faut entretenir. Ludovic, qui doit faire face à la maladie, s'y accroche avec force, refusant de laisser partir cet héritage familial. Louise, pour sa part, croise Nathan, acteur, comme elle jadis, mais aussi plus jeune. Presque par surprise, elle en tombe amoureuse. Face à une histoire familiale qui s'étiole lentement, tout cela marque de profonds changements dans la vie de Louise, qui rêve follement d'être mère.

Le cinéma de Valeria Bruni-Tedeschi, après Il est plus facile pour un chameau et Actrices, continue de mêler mêle fiction et éléments personnels dans un récit vibrant. Promenade moderne, poétique et fantaisiste autant que contemporaine, ce troisième film, largement porté par la comédienne dessine l'inévitable évolution d'une famille confrontée à la disparition de son histoire et de ses membres. Dans les pas de Louise, heurs et malheurs y sont relatés avec un sens aigu du récit. L'air de rien, la cinéaste glisse énormément de choses dans des scènes subtiles défendues par de bons acteurs. Nourrie d'autant de poésie que d'un réalisme subtil, ce Château en Italie est autant une belle performance d'acteurs que la confirmation du talent de réalisatrice de Valeria Bruni-Tedeschi. Tendre, diablement humain et fort d'une ambiance délicate, ce troisième essai est une belle réussite.

Publié le 30/10/2013 Auteur : Guillaume B.


Mots clés : cinéma