C690c6148ba05d54cc2e90c67fe471a21a33bd69
A57d3eb2d5a257cf2f1b899d52407799bf16648b
070d1c6b2af41bb24cb779a99c6b44cf20b2a8b3
005beb2fe5c5dc0a37f151fb815aab480a6b1bf3
Bf15900c624d69a7c3f7e5f8923f8e3250534ba4
43d59087fd640ce57600abcda8a907e0d14d34ee
Fermer
cinéma

Robuste

3dfca1e8774f91d81f8c3f7360467030af9c13b5
Employée dans une agence de sécurité, Aïssa doit remplacer son collègue Lalou auprès de Georges un vieil acteur un brin capricieux. D'abord étrangers l'un à l'autre, une relation inattendue va finir par se tisser entre le vieil homme et la jeune femme au fil de journées de travail peu ordinaires.

C'est en s'appuyant sur une expérience partagée au fil de plusieurs courts métrages, que Constance Meyer a écrit son premier film pour Gérard Depardieu. Jouant sur le flou entre l'acteur et le personnage, la jeune cinéaste parvient à glisser autant de trouble que de profondeur dans la figure d'un homme dont l'isolement est alourdi par l'âge. Face à lui, la jeune Deborah Lukumuena campe une jeune Aïssa qui lutte (littéralement) avec son corps et sa propre solitude et donne, avec beaucoup d'aplomb (et tout aussi littéralement), la réplique à un acteur égaré dans sa propre vie. De ce voyage entre deux errances, Constance Meyer fait une chronique douce-amère, traversée de vrais moments de comédie (notamment lors de l'évocation des coulisses du cinéma) dans les pas de deux personnages finements écrits dont une réalisation minutieuse saisit aussi avec délicatesse les silhouettes. Des ultra modernes solitudes au désarroi contemporain le scénario et la réalisation de Constance Meyer se conjuguent pour saisir l'air du temps et nourrir un regard profond et touchant malgré un petit manque de rythme par moments.

Publié le 03/03/2022 Auteur : Guillaume B.

Double portrait aussi tendre qu'amer, Robuste croque les éloignements avec subtilité. Un premier film qui manque parfois de rythme, jamais de charme.


Mots clés : drame