803294e3cb2985b1e1659b62d3e12ad1333f7f81
91b39acaf4643d5d114e8c8eefdd73ec8a9ae333
1f4c2c3a661194ff7c726e1616542d5b9d3c1794
E94c91c2e37c986cd677cd2a7d05c9d29d3b8f4d
3b17b722cdf45c32dcf51c8a47a50aad1f5dc5de
D6218374c3b72f8b3b461f18809f86673baf6d3d
Fermer
cinéma

Qui a envie d'être aimé ?

B20c97dfdcbefa974970c0bd94c471b64fec6bbb

Antoine, quadra dynamique, mène une vie tranquille, entre son travail d'avocat, son épouse et ses deux enfants. Suite à une rencontre avec un des professeurs de son fils, il se rend, plus par politesse que par conviction, à un groupe de réflexion. De sceptique, il devient curieux et finit par réaliser que cette rencontre l'a touché bien plus qu'il ne l'imaginait. Sans qu'il le veuille vraiment, Antoine a trouvé dieu. Une rencontre qui étonne, déstabilise ou dérange son entourage...

Anne Giafferi connait bien cette histoire : c'est son mari qui a vécu cette expérience avant de la raconter dans un livre devenu aujourd'hui un film. Loin d'être pourtant un prêche catho convenu, ennuyeux et rébarbatif, le parcours d'Antoine, incarné par un Eric Caravaca qui ne porte pas trop mal les interrogations de son personnage, constitue surtout un regard sur les questionnements d'un homme sur sa vie et son chemin. Que le film avance avec l'évidente peur d'être moqué en étant amalgamé à la religion n'est rien moins que normal, il n'en demeure pas moin qu'Anne Giafferi ne parvient guère à lui insuffler le rythme et le souffle qui frappent pourtant son personnage. C'est d'autant plus dommage que l'environnement familial joliment dépeint ouvrait des perspectives intéressantes, mais maladroitement exploitées. Moins une histoire de religion (même si elle est bien présente), que de remise en cause en fait.

Publié le 09/02/2011 Auteur : Guillaume B.


Mots clés : cinéma