803294e3cb2985b1e1659b62d3e12ad1333f7f81
91b39acaf4643d5d114e8c8eefdd73ec8a9ae333
1f4c2c3a661194ff7c726e1616542d5b9d3c1794
E94c91c2e37c986cd677cd2a7d05c9d29d3b8f4d
3b17b722cdf45c32dcf51c8a47a50aad1f5dc5de
D6218374c3b72f8b3b461f18809f86673baf6d3d
Fermer
cinéma

Propriété interdite

Fada1764a1fc9c306e3f535eb835f6013a064a5f

Benoît et Claire viennent d'arriver dans la vieille demeure de la famille pour vider la maison avant de se lancer dans les grands travaux afin de pouvoir la revendre ensuite à un bon prix. Tandis que Benoît voudrait faire les choses vite, Claire, se pose beaucoup plus de questions. Passée la première nuit, Claire est persuadée que la maison n'est pas déserte...

Pas de doute, Hélène Angel aime jouer avec les nerfs de son spectateur. Evacuée en quelques plans, l'introduction laisse ses deux personnages seuls dans une immense bâtisse désertée, abîmée par le passage du temps et pas aussi vide qu'on pourait le croire. Habile le scénario joue aussi de la fragilité des pesonnages pour instiller le doute chez le spectateur et ce sont les effets de réalisation qui se chargent de compléter cette petite panoplie de la terreur ordinaire. Sauf que voilà, sous ses dehors effrayants, Propriété interdite n'est pas tout à fait le film de genre qu'il prétend être, la faute sans doute à des ambiances trop nombreuses qui en se succédant, n'en finissent pas de se parasiter. Dommage car devant la caméra, Charles Berling très carré mais qu'on sent aux abois et Valérie Bonneton, solitaire et fragile, donnent corps à des personnages solides. Le film, malgré sa coute durée, se disperse malgré tout dans es ambiances et dans ses tons laissant le spectateur piocher ce qu'il peut dans une histoire très bien construite, jusqu'à son dernier quart d'heure.

Publié le 19/01/2011 Auteur : Guillaume B.


Mots clés : cinéma