803294e3cb2985b1e1659b62d3e12ad1333f7f81
91b39acaf4643d5d114e8c8eefdd73ec8a9ae333
1f4c2c3a661194ff7c726e1616542d5b9d3c1794
E94c91c2e37c986cd677cd2a7d05c9d29d3b8f4d
3b17b722cdf45c32dcf51c8a47a50aad1f5dc5de
D6218374c3b72f8b3b461f18809f86673baf6d3d
Fermer
cinéma

On voulait tout casser

C592b73026d3554910d2dcda63fe77a5ef8a2573

Quatre camarades depuis l'enfance tombent des nues quand leur cinquième comparse leur annonce un grande bouleversement : il plaque tout, achète un bateau et part faire seul le tour du monde dont il rêve depuis longtemps. A l'aune de cette décision soudaine, chacun réévalue sa propre vie au regard de ses propres aspirations de jeune adulte.

Philippe Guillard ne s'en cache pas : il a voulu faire un film de potes. Partant de là, sa chronique masculine ne cherche pas grand chose de plus que le plaisir immédiat de la rencontre entre individualités, personnages et situation. Farci de raccourcis faciles, de situations éculées et de personnages mal dégrossis, le film n'est pas non plus aidé par l'interprétation faiblarde du quintet. A peine, Jean-François Cayrey, espoir de la bande s'en tire-t-il mieux que ses confrères plus âgés. Pour le reste, la réalisation plate, le sujet très convenu et l'utilisation permanente d'énormes ficelles parfois ridicules (la visite chez le libraire...) gâche un sujet peu original au départ. Si Le fils à Jo avait le mérite de mettre en lumière une région et un sport que Guillard connaissait un peu, ce nouveau film laisse hélas entrevoir toutes la fragilité de son travail.

Publié le 03/06/2015 Auteur : Guillaume B.


Mots clés : cinéma