36f7bb8f8e5d3bca16c3e290bb8628b9f32c00fb
3c6b164888c4293766c301a03d2bdcedbf13ea91
3df967f0980244877064cc71a56663afa6826b73
Ae34010c518ccd0703fd9931512e7a1beb7781c0
9e236d66f46f6e4cfe7f244e4578f2453774e923
A4d541db6ebd4cc1dc37b4c1cac07230a4250040
Fermer
expos

Les expositions du musée Niepce

Dcc0d5fab09c7b17e9a3ae8f60efea235889e4af
Depuis la fin du mois de février, le musée Nicéphore Niépce de Chalon-sur-Saône, dédié à l'histoire de la photographie, accueille trois nouvelles expositions.

Inspirée du livre Cahier d'un retour au pays natal d'Aimé Césaire, l'exposition Maxime Laguerre, Débris de synthèse interroge la notion de métissage et les représentations de l'origine africaine. Réalisés dans les villes de Lomé et Kpalimé, lors d'un voyage au Togo, les portraits et les paysages de l'artiste restituent sa recherche artistique autour du continent africain, et son premier contact avec ce continent.


Également à voir au musée, l'exposition L'accroche-coeur, voyage dans la collection de Nathalie Casabo-Emprin. Cette figure de la photographie artistique depuis les années 80 a œuvré tout au long de sa carrière pour une reconnaissance de l'art photographique en France, en organisant un grand nombre d'expositions et en promouvant la photographie française à l'étranger.  L’exposition invite à voyager au cœur de son travail avec la galerie Suzel Berna / NCE Photographie Contemporaine.


L'exposition Cinematographer, quant à elle, met en lumière les travaux photographiques des membres l’Association Française des directrices et directeurs de la photographie cinématographique. Réalisée en partenariat avec le festival Chefs Op' en lumière, le parcours explore les séries de photographies réalisées par ces spécialistes de l'image, en parallèle de leurs métiers dans le cinéma.

Publié le 02/03/2023 Auteur : nicolas lecomte

Maxime Laguerre, Débris de synthèse
Du 23 février au 21 mai
 
L'accroche-coeur
Du 23 février au 21 mai
 
Cinematographer
Du 25 février au 21 mai
 
Musée Nicéphore Nièpce, Chalon-sur-Saône
museeniepce.com

©Rémy Chevrin


Mots clés :