803294e3cb2985b1e1659b62d3e12ad1333f7f81
91b39acaf4643d5d114e8c8eefdd73ec8a9ae333
1f4c2c3a661194ff7c726e1616542d5b9d3c1794
E94c91c2e37c986cd677cd2a7d05c9d29d3b8f4d
3b17b722cdf45c32dcf51c8a47a50aad1f5dc5de
D6218374c3b72f8b3b461f18809f86673baf6d3d
Fermer
cinéma

Les adieux à la reine

3b545ffa1ccc6a9af96dafeafda3d77a4fd9a798

Juillet 1789, à Versailles, comme tous les matins, Sidonie s'apprête à faire la lecture à la reine, à laquelle elle voue une véritable adoration. Marie-Antoinette, pour sa part n'accorde son attention qu'à Gabrielle de Polignac. Au cœur du Palais, les rumeurs à propos d'une insurrection populaire se font de plus en plus nombreuses...

Dans les pas de Sidonie, Benoît Jacquot entend filmer à la fois un triangle d'amour et de fascination purement féminin. Parmi le brouhaha d'une Révolution française qui ne sert que de toile de fond, il filme donc crépâges de chignons et jalousies de cour de récréation dans les décors pourtant somptueux du château de Versailles. Inutilement complaisant et voyeur, le film se traîne dans une fadeur sans surprises emmenée par une Léa Seydoux sans aucune saveur. Propret et convenu, le film manque totalement son coup, glissant plus vers le téléfilm historique sans âme que la fresque intime saisie depuis un gynécée doré.

Publié le 21/03/2012 Auteur : Guillaume B.


Mots clés : cinéma