1475ee383727453623b1a1287c31577dd6d958a2
E3bca2e62d1d91c63456483adf6843d59011a41c
Fermer
concerts

L’Aéronef, révolution à 360° : les concerts sous un autre angle.

569a7ac80f7694e85ba5ac88559237ce0e3639ac
L’Aéronef remet le son avec un nouveau concept : les concerts à 360°. Un parti pris original pour accueillir public et artistes dans une configuration inédite. Faisons le tour de la proposition.

Tourner en rond n’était plus tenable. Fort de ce constat, l’Aéronef rouvre ses portes sans faire semblant. Des contraintes il y en a, mais l’expérience concert doit demeurer, forcément différente. Pour compenser la nécessité de concerts distanciés, masqués et assis, l’Aéronef aménage sa grande salle. Habituellement, 1850 spectateurs peuvent y tenir debout. Désormais 200 personnes y seront accueillies, assises autour d’une scène placée au centre de la salle. Une gageure technique et artistique, où spectateurs comme artistes devront se prêter au jeu. Car il s’agit bien de cela : développer autrement la connivence, la communication, au-delà des masques, gestes barrières et distanciation. Mais l’Aéronef reste maître de la partie. A l’adresse des artistes ce n’est pas vient qui veut, joue qui peut. Les premières annonces des 360° de cet automne attestent d’un souci de faire programmation et donc sens. Surprenant hommage à Lou Reed par Fred Nevché et French 79, Structures, Thurston Moore Group, Jean-Louis Murat, Black Sea Dahu, Bachar Mar-Khalifé, Catastrophe, Jawhar, Izia, Rodolphe Burger…Habituellement, l’Aéronef programmerait ces artistes en deux semaines, mais après la disette ces deux prochains mois s’annoncent roboratifs.

Cali viendra ouvrir le bal en toute intimité. Accompagné d’Augustin Charnet (claviers), ils revisiteront répertoire, nouveaux titres et surprises. Nul doute que Cali s’emparera du dispositif pour tisser les liens si particuliers qui l’unissent à son public.

Différente, la venue de Matt Elliott est également une très belle prise. Artiste de l’ombre, adulé par quelques-uns depuis son cultissime projet Third Eye Foundation, la procession n’a cessé de croître au fil d’une discographie empruntant les chemins broussailleux du dark-folk. Depuis ce maquis, le sombre Matt Elliott a eu la lumineuse idée de publier son excellent nouvel album Farewell To All We Know. Moins claustro, on y sent désormais l’étreinte amicale et une fraternité d’avec Leonard Cohen, Bill Callahan, Will Oldham. Sans déclinaison, comme une évidence. En trio avec la pianiste Barbara Dang et le contrebassiste Jeff Hallam; le port du masque permettra aux pudiques de dissimuler leurs émotions.

Publié le 29/09/2020 Auteur : Bertrand Lanciaux

Cali

1/10, 20h30, 19/26€

Matt Elliott Trio

8/10, 20h30, 5/10€


Aéronef

www.aeronef.fr


Mots clés : Dark Folk rock chanson