803294e3cb2985b1e1659b62d3e12ad1333f7f81
91b39acaf4643d5d114e8c8eefdd73ec8a9ae333
1f4c2c3a661194ff7c726e1616542d5b9d3c1794
E94c91c2e37c986cd677cd2a7d05c9d29d3b8f4d
3b17b722cdf45c32dcf51c8a47a50aad1f5dc5de
D6218374c3b72f8b3b461f18809f86673baf6d3d
Fermer
cinéma

Jamais de la vie

F68cdff8cb79e81658fb038e2ce9561fc0283bf6

Vigile de nuit dans un supermarché, Franck passe son temps à arpenter un parking et des allées désertes, spectateur impuissant d'une vie professionnelle qui le condamne à des horaires épuisants, des salaires de misères et une retraite indigente. Ancien responsable syndical, il a tout perdu après son emploi précédent. Quand il surprend un étrange manège autour du supermarché, Franck décide de s'y intéresser, comme pour se prouver que les choses peuvent encore changer.

Pierre Jolivet, de lui et de la désillusion épuisée qu'il trimballe du soir au matin dans les allées sombres d'un temple de la consommation désert. Plus que le parcours de son personnage, c'est une ambiance que Jamais de la vie décrit avec une minutie et une concision diablement efficaces. Loin des avenues parisiennes et des romances ennuyeuses que le cinéma déroule trop souvent, son film embrasse une approche quasi sociologique défendue par la sécheresse d'une réalisation qui fuit tout effet de style pour laisser aux formidables comédiens la place de s'exprimer. Âpre et dur sans doute mais percutant et efficace.

Publié le 08/04/2015 Auteur : Guillaume B.


Mots clés : cinéma