65fbefcf223a96e6e5cf5e229c231078a96ab585
5f8716ccd97915353eb2a6c6af5e816d57bb08f4
Fermer
expos

Crêpe ou galette ?

Ee06356d00c8b7bb514c6f92ba420dbb22698e7a
Bien qu’ambassadrice de la Bretagne partout dans le monde, la crêpe – ou la galette c’est selon – n’avait jamais fait l’objet d’une étude historique sérieuse. Cinq musées bretons ont uni leurs forces pour définir et dessiner les origines de ce plat emblématique, à travers une série d’expositions.

 

Initialement organisées pour ouvrir en 2020, les cinq expositions du Musée départemental breton de Quimper, du Musée Bigouden de Pont-l’Abbé, du Musée de l’ancienne abbaye de Landévennec, de l’Ecomusée des Monts-d’Arrée (Commana et Saint-Rivoal) et le Musée de Dinan proposaient un tour de Bretagne et de la question. Fermées trop tôt pour cause de crise sanitaire, certaines d’entre elles ont pu être prolongées en 2021 et continuent de rendre compte de la richesse culturelle développée autour d’une recette pourtant toute simple.

En Bretagne, où les céréales cultivées ne permettaient pas de confectionner du pain, la crêpe représente le plat ordinaire par excellence. Avec Quand la crêpe devint bretonne, le Musée de l’ancienne abbaye de Landévennec revient sur les origines de la galette en se basant sur la recherche archéologique. Récipients, poêles, textes anciens et témoignages d’amateurs gourmands contemporains contribuent à sortir la crêpe des définitions trop rigides dans laquelle on l’a souvent enfermée et à montrer comment cette longue tradition s’est constamment renouvelée. Dynamisé par des vidéos, des manipulations et des jeux, le parcours immerge les visiteurs de tout âge dans cette passionnante aventure.

Au Musée Bigouden, installé dans le Château de Pont-l’Abbé, on découvre, dans une approche ethnologique, La crêpe en toute intimité. En effet, l’histoire de ce met, écrite au coin du feu et autour de la table, reflète la vie domestique des Bretons et ses évolutions au cours du temps. L’exposition, qui présente objets, iconographie et témoignages, questionne notamment nos habitudes de consommation et la place des femmes.

Quel lieu plus adapté pour parler de crêpe qu’un moulin ? Sur son site des moulins de Kerouat, exploité par des paysans-meuniers de 1610 à 1942, l’Ecomusée des Monts d’Arrée propose Bleud zo, krampouezh ‘vo (« il y a de la farine, il y aura des crêpes »). L’exposition détaille le lien entre les céréales cultivées dans les Monts d’Arrée aux XIXe et XXe siècle et les habitudes alimentaires de leurs habitants et explique ainsi pourquoi les Bretons mangeaient des crêpes. L’écomusée prolonge son exploration du sujet avec Un tri dra mar plij ! (« Une complète s’il vous plait ! ») sur son autre site, la Maison Cornec. Ici, on s’intéresse au patrimoine culturel immatériel que représente le savoir-faire développé autour des crêpes, dans les stands crêpes indissociables de tout événement festif breton.

Publié le 01/07/2021 Auteur : Aurore de Carbonnières

 

Musée de l’ancienne abbaye de Landévennec

0-6€, 02 98 27 35 90, musee.landevennec@wanadoo.fr, www.musee-abbaye-landevennec.fr

Quand la crêpe devint bretonne : jusqu’au 7 novembre 2021

Musée Bigouden, Pont-l’Abbé

0-5€, 02 98 66 09 03, accueil@museebigouden.fr, musee.ville-pontlabbe.bzh

La crêpe en toute intimité : jusqu’au 31 octobre 2021

Ecomusée des Monts d’Arrée - Moulins de Kerouat, Commana

0-5€ - 02 98 68 87 76, contact@ecomusee-monts-arree.org, www.ecomusee-monts-arree.fr

Bleud zo, krampouezh ‘vo - Paysans, meuniers crêpières dans les Monts d’Arrée : jusqu’au 30 octobre 2021

Ecomusée des Monts d’Arrée - Maison Cornec, Saint-Rivoal

Prix libre, 02 98 68 87 76, contact@ecomusee-monts-arree.org, www.ecomusee-monts-arree.fr

Un tri dra mar plij : du 15 juin au 19 septembre 2021

 

 

© Musée de la carte postale - Baud