C690c6148ba05d54cc2e90c67fe471a21a33bd69
A57d3eb2d5a257cf2f1b899d52407799bf16648b
070d1c6b2af41bb24cb779a99c6b44cf20b2a8b3
005beb2fe5c5dc0a37f151fb815aab480a6b1bf3
Bf15900c624d69a7c3f7e5f8923f8e3250534ba4
43d59087fd640ce57600abcda8a907e0d14d34ee
Fermer
cinéma

Blood ties

E100f64d31305c07ac550c2278fb4f8fa2016ef6

Chris sort de prison et retrouve Frank, son frère. Séparés par des choix et des modes de vie très différents, les deux frères restent malgré tout liés. Prêt à tout pour aider Chris, Frank l'aide à trouver logement et boulot. Malgré ses efforts, Chris ne peut s'empêcher de déraper à nouveau...

Rapidement sollicité après le bon accueil de Ne le dis à personne, Guillaume Canet a pris son temps avant d'accepter de tourner un film aux États-Unis, choisissant finalement de réaliser une version américaine du film de Jacques Maillot dans lequel il avait joué. Si l'idée ne manque pas d'intérêt, la réalisation n'est hélas pas à la hauteur. Dépassé par une machinerie dans laquelle il s'est sans doute un peu perdu, Canet s'empêtre dans une reconstitution fade qui tente de rendre hommage un cinéma des années 70 qu'il a aimé. Grossière et maladroite, la narration n'échappe pas aux poncifs et la mise en scène, peu inspirée, achève d'engluer l'ensemble. Tentant vainement de s'inspirer des maîtres (de Lumet à Scorsese), Canet peine à recréer l'ambiance du film d'origine, se perdant dans des scènes longuettes et inutiles. Marion Cotillard, encore plus pénible que d'habitude, y fait quelques apparitions mollasses tandis que les passages de Matthias Schoenaerts devant la caméra tiennent avant tout de la caricature. Quant au casting américain, il semble cruellement manquer de direction, contribuant à l'impression de flottement général qui se dégage de cette expérience américaine. Boursouflé (le film fait 20 minutes de plus que la version d'origine), pesant et mal goupillé, Blood Ties et son réalisateur se perdent dans une pesanteur endormie, coincés entre une admiration mal digéré pour une époque et des cinéastes, une réalisation fade et une écriture sans ligne de force (on se demande d'ailleurs où est l'influence de James Gray là dedans). Remake dispensable d'un bon film, cette escapade américaine reste largement oubliable.

Publié le 30/10/2013 Auteur : Guillaume B.


Mots clés : cinéma