C690c6148ba05d54cc2e90c67fe471a21a33bd69
A57d3eb2d5a257cf2f1b899d52407799bf16648b
070d1c6b2af41bb24cb779a99c6b44cf20b2a8b3
005beb2fe5c5dc0a37f151fb815aab480a6b1bf3
Bf15900c624d69a7c3f7e5f8923f8e3250534ba4
43d59087fd640ce57600abcda8a907e0d14d34ee
Fermer
cinéma

Bancs Publics

0ef97a1aee77a1bd3c9c96396d66fafbad71305e

Un matin ordinaire en arrivant au bureau, Lucie et ses collègues découvre une étrange bannière noire placée sous une fenêtre et portant la mention 'Homme seul'. Message de détresse, happening, ou farce ? Tous veulent en avoir le coeur net et décident d'enquêter tandis que, non loin de là, le magasin BricoDream (ses impayables employés, son patron motivé) ne désemplit pas et que dans le square proche enfants et vieillards s'amusent tandis que les amours se font et se défont.

En fait d'intrigue, le nouveau film de Bruno Podalydès n'en contient guère. Passées les scènes d'ouverture, le réalisateur relègue vite son petit mystère originel au second plan préférant scène après laisser sa caméra saisir des petits instants de vie quotidienne nourris à la fois de son propre regard sur la ville Versailles et son charme un peu suranné et d'un regard d'entomologiste jeté sur cette drôle de créature qu'est l'homme. Décousu, l'ensemble l'est forcément : à l'écran se succèdent des tranches de vie portées à chaque fois par un acteur de renom (le casting à lui seul occupe la moitié de l'affiche du film). Cette variété de comédiens et de tons enrichit indéniablement l'approche d'un film qui manque malgré tout d'unité. Si certaines scènes s'avèrent être d'une acuité et d'une pertinences qui font mouche, beaucoup d'autres se perdent dans des situations ou des dialogues convenus, malgré le décalage volontiers burlesque que Bruno Podalydès ne manque pas d'imprimer à son film. Mais n'est pas Bernard Blier qui veut et Bruno Podalydès peine à donner à chacun un rôle à se mesure, ce qui n'empêche pas son film de constituer un parcours singulier au coeur d'une ville et de vies finalement plus universelles qu'il n'y paraît.

Publié le 08/07/2009 Auteur : Guillaume B.


Mots clés : cinéma