C690c6148ba05d54cc2e90c67fe471a21a33bd69
A57d3eb2d5a257cf2f1b899d52407799bf16648b
070d1c6b2af41bb24cb779a99c6b44cf20b2a8b3
005beb2fe5c5dc0a37f151fb815aab480a6b1bf3
Bf15900c624d69a7c3f7e5f8923f8e3250534ba4
43d59087fd640ce57600abcda8a907e0d14d34ee
Fermer
cinéma

À plein temps

03c8deca0229c55b056eebd2a22d86a182084760
Julie vit loin de Paris. Elle élève seule ses deux enfants, travaille dans un palace où elle est responsable du nettoyage des chambres et a du mal à joindre les deux bouts. La semaine où elle décroche un entretien pour emploi correspondant à son cursus, elle doit faire face à une grève générale qui paralyse la ville et les transports... sans oublier d'organiser l'anniversaire de son fils.

Combinant le récit de l'ordinaire d'un quotidien aussi écrasant que silencieux d'une mère seule et le découpage d'un thriller intense, Eric Gravel réussit une puissante chronique ordinaire. Appuyé sur une formidable Laure Calamy dont la filmographie n'en finit pas de dessiner le portrait des femmes de l'époque, le cinéaste nourrit son film de ce que tous les autres évacuent souvent. Le jonglage entre responsabilités parentales, impératifs professionnels, difficultés financières et solitude, ici cristalllisés par une crise sociale d'ampleur dont le film ne décrit que les conséquences quotidiennes, devient un enjeu écrasant pour Julie. Promise à la même course que son personnage la caméra se faufile partout dans ses traces, de l'enchaînement des transports aux rarissimes instants de pause, au rythme d'une musique qui place le spectateur dans le même état que l'héroïne. Autour d'une intrigue des plus ordinaires, le réalisateur accomplit le tour de force de signer un film qui, au-delà de sa réussite formelle, porte en lui la description d'enjeux contemporains discrets mais non moins essentiels.

Publié le 15/03/2022 Auteur : Guillaume B.

film d'Eric Gravel avec Laure Calamy, Anne Suarez, Geneviève Mnich, Cyril Gueï. Durée : 1h25.

 

Quand le quotidien d'une mère seule devient matière à un suspense intense, Eric Gravel signe, au-delà d'un portait de femme magnifiquement défendu par Laure Calamy, un superbe regard sur des quotidiens tus et des batailles intimes sourdes.