36f7bb8f8e5d3bca16c3e290bb8628b9f32c00fb
3c6b164888c4293766c301a03d2bdcedbf13ea91
3df967f0980244877064cc71a56663afa6826b73
Ae34010c518ccd0703fd9931512e7a1beb7781c0
9e236d66f46f6e4cfe7f244e4578f2453774e923
A4d541db6ebd4cc1dc37b4c1cac07230a4250040
Fermer
théâtre

À l'amour comme à la guerre

0e22c7976ffad53d379a4fd85cc4fb15c59dace8

Jusqu'au 2 avril, le Théâtre Gyptis accueille une version allégée et légère de Roméo et Juliette, dans une mise en scène valant à elle seule le détour par la Belle de mai.

Remarques acnéides, éclats de rire intempestifs et chuuuut à tire-larigot auront ponctué la représentation, qui avait fait le plein de lycéens ce 16 mars. Le calvaire aura culminé avec l'irruption soudaine de Shakira "waka waka" (à quand le brouilleur de portables dans les théâtres ?) alors même que Juliette se suicidait sur scène. À cette adolescence mortifiante on a nettement préféré les élans mortifères de la jeunesse mis en scène par Françoise Chatôt. Eros et Thanatos, l'antienne est connue, qui préside à la funeste destinée de Juliette et Roméo. Mais comme on l'exprime au Gyptis, « mieux vaut mourir d’amour que de mourir d’ennui »..

Mourir d’amour plutôt de mourir d’ennui

Transposée pendant la seconde guerre mondiale, l'oeuvre de Shakespeare est ici plus joyeuse que désespérée. Elle se joue dans un âge de violence, qui privilégie le sentiment d'urgence et la passion dévastatrice. « En quelques jours les deux héros approchent de l’extase foudroyante, s’y brûlent et s’y consument » dixit Françoise Chatôt, qui a bien compris que cette désinvolture face à la mort n'était jamais aussi forte que par les temps dangereux. Sur scène, les moments de poésie raffinée côtoient des scènes grotesques et triviales, les musiques be-bop de la fin de la guerre le lyrisme de Monteverdi contemporain de Shakespeare. Côté distribution, on retrouve des acteurs déjà remarqués lors des Caprices de Marianne donnés au Gyptis fin 2008, exception faite de la jeune Victoire Belezy (en photo), qui incarne une Juliette pleine de candeur. Mention spéciale à Charles-Éric Petit qui joue un Mercutio littéralement épatant.

Publié le 22/03/2011 Auteur : Olivier Nesvadba

Jusqu'au 2 avril au Théâtre Gyptis, 136 rue Loubon à Marseille. Tarifs: 24/15/12/9 euros. Tel. 04.91.11.00.91 www.theatregyptis.com


Mots clés : théâtre